lundi 29 août 2011

L’éducation tue-t-elle la religion ?

Les personnes mieux diplômées sont-elles plus susceptibles d’être croyantes que les autres ? En moyenne, les statistiques nous disent oui. Mais ce résultat est peut-être trompeur. Il ne prouve pas l’existence d’un lien de cause à effet. Peut-être que les individus croyants sont souvent issus d’un milieu social qui les pousse à faire des études.

Pour trancher, les économistes utilisent leur arme ultime : l’expérience naturelle. Et cette fois-ci, c’est Daniel Hungerman qui s’y colle sur des données canadiennes. Pourquoi canadiennes ? Parce qu’il veut profiter du fait que la durée de la scolarité obligatoire a augmenté progressivement dans les différentes provinces. En comparant des individus nés juste avant et juste après un changement de législation, on compare des gens qui, en moyenne, n’ont pas la même durée d’étude juste à cause de leur année de naissance.

Ce qu’il découvre, c’est que chaque année d’étude supplémentaire réduit de 4% la probabilité qu’un individu soit croyant. Il est donc très probable que la démocratisation de l'école soit en partie responsable de la montée de l'athéisme et de l'agnosticisme dans les sociétés occidentales.




3 commentaires:

  1. Ca fait plaisir de vous retrouver dans le cadre premier dans lequel je vous ai connu : ce blog.
    Et l'article est bien : c'est vraiment ce pourquoi ce blog existe, c'est-à-dire des études empiriques.
    Je ne sais pas que dire de l'étude pour l'instant. Mais deux choses déjà :
    1. Je suis croyant, mieux chrétien.
    2. Les études religion-croissance tendent généralement à positiver la religion. Je ne pense pas seulement ici à Barro et sa femme (parce qu'une partie de leurs papiers a été contesté sur la solidité), mais à d'autres...

    RépondreSupprimer
  2. C'est très bien de poser ce genre de questions et de lancer le débat. En effet, je crois qu'il y a bien une relation de cause à effet entre l'éducation et la religion, mais par rapport au niveau d'études et à la qualité de la formation et son domaine plutôt que le nombre d'année d'étude supplémentaire. En tout cas, les données de l'étude canadienne restent toujours relatives et le sujet est à creuser..

    RépondreSupprimer
  3. Effectivement cela explique beaucoup de chose!
    Merci pour le partage!

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.