vendredi 28 janvier 2011

Les cigarettes et les incendies

Chers lecteurs, j'ai un peu laissé de côté ce blog sans prévenir ces derniers mois. Mon temps est accaparé par mon travail d'enseignement et par ma reconversion professionnelle actuelle (je quitte le milieu de la recherche et de l'enseignement pour partir dans le privé). Je vais essayer de trouver un peu de temps libre pour écrire régulièrement, quitte à faire des billets un peu plus courts.

Au passage, si, parmi vous, certains connaissent des entreprises qui cherchent un statisticien, n'hésitez pas à me contacter.



Souvent, on a tendance à assimiler les effets négatifs des cigarettes aux effets sur la santé. On oublie alors que les cigarettes sont également à l'origine d'un nombre non négligeable d'incendies et notamment que les incendies provoqués par les cigarettes sont statistiquement les plus meurtriers (pensez aux personnes qui s'endorment avec une cigarette allumée !).

Une étude approfondie révèle qu'un accroissement des ventes de cigarettes provoque une hausse du nombre moyen d'incendies aux Etats-Unis. En particulier, les taxes sur le tabac sont efficaces pour lutter contre ce type d'accident.

Ceci dit, il se trouve que les interdictions de fumer à domicile, dans les bars, dans les restaurants ou sur les lieux de travail, même si elles tendent à réduire le nombre de cigarettes fumées ont un effet inverse : elles augmentent la probabilité d'un incendie.

Ce dernier phénomène demeure assez mystérieux. Une explication possible est que les individus qui outrepassent l'interdiction de fumer ou qui fument juste à l'extérieur d'un lieu où c'est interdit ont tendance à être moins prudents quand ils jettent leurs cigarettes. Les chercheurs qui ont mené l'étude relatent l'histoire d'un directeur d'entreprise qui, après avoir fumé une cigarette en cachette, a jeté son mégot dans un conduit de ventilation, provoquant un incendie.


4 commentaires:

  1. Si j'essaye de te comprendre, ça n'en est même fini pour ta thèse de doctorat???

    RépondreSupprimer
  2. Je ne dirais pas qu'ils sont moins prudents, c'est plutôt que les risques sont moins encadrés. Comme ce directeur qui au lieu de mettre son mégot dans le cendrier qui est fait pour ca est obligé de trouver des combines pour ne pas se faire réprimander. Phénomène qui reviens souvent au niveau des drogues : plus on interdit, stigmatise, plus on oblige les gens a se cacher et donc a être moins informés, moins organisés pour lutter contre les dangers (échange de seringues porteuses du SIDA, etc)

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  4. @Hop :

    Désolé, j'ai supprimé votre commentaire. Je préfère que mon directeur de thèse ne soit pas cité sur mon blog.

    N'hésitez pas à me reposer vos questions par mail :-)

    RépondreSupprimer