mardi 14 septembre 2010

La logique étrange de la moyenne européenne...

Nicolas Sarkozy a tenu récemment les propos suivants :
"La France compte 57 % de propriétaires, la moyenne européenne est de 66 %. Entre 2002 et 2007, ce taux n'a augmenté que de 1,2 %. Pour atteindre les 66 %, il faudrait quarante ans, vous serez à la retraite et moi aussi. Nous en avons tiré la conclusion qu'il fallait profondément changer notre système"
Le raisonnement est le suivant : nous faisons Y mais nos voisins font X, donc nous devons faire tout notre possible pour s'éloigner de Y et se rapprocher de X. La clef de cette logique mystérieuse réside dans le fait que notre président tient pour acquis qu'être propriétaire, bin, c'est bien.

Pourtant, être propriétaire, c'est, pour la plupart des ménages, investir une grande partie de son épargne dans un unique actif : un bien immobilier. Or, les spécialistes de la finance le disent depuis très longtemps, il est extrêmement risqué de placer toute son épargne sur un seul actif, c'est-à-dire de mettre tous ses oeufs dans le même panier.

Oh, mais j'en entends surtout rétorquer : "Mais l'immobilier, ça ne peut pas baisser !", bin voyons. Sans compter que posséder un bien immobilier expose les propriétaires à un certain nombre de risques qui peuvent coûter très cher. Par exemple, un changement brutal des normes des ascenseurs qui a fait trembler le porte monnaie de mes parents au plus mauvais moment.

L'autre erreur de raisonnement classique consiste à croire qu'on ne peut pas se constituer un capital lorsqu'on est locataire. Alexandre et Stéphane ont montré que c'est faux car il est tout à fait possible d'épargner tout en étant locataire. La seule différence étant que les actifs détenus n'ont pas la même forme.

Non seulement le gouvernement est rarement capable de mettre en oeuvre des politiques permettant d'atteindre les objectifs fixés mais en plus, il a tendance à fixer des objectifs dont la  pertinence m'échappe quelque peu.




7 commentaires:

  1. Excellent et tout à fait d'accord avec toi! Les moyennes n'ont pas de sens surtout sur ce genre de stats car elles sont liées à l'environnement économique du pays!

    RépondreSupprimer
  2. Tout à fait d'accord, mais dans ce cas Nicolas Sarkozy ne pense-t-il pas à la dimension "morale" de l'accès à la propriété: sens de la conservation du patrimoine, de la famille, stabilité sociale et politique, toutes choses qui ont poussé les Etats-Unis à pousser leurs citoyens à accéder à la propriété,avec les résultats que l'on sait

    RépondreSupprimer
  3. Ca me rappelle un cadre (très supérieur) d'une grrrrande multinationale qui analysait les résultats d'une certaine filiale nationale et lui reprochait certains ratios en dessous de la moyenne. Car, disait-il "l'objectif, c'est que tout le monde soit au-dessus de la moyenne!!!"

    RépondreSupprimer
  4. +1 pour ecointerviews
    le propriétaire est un bon français qui vote à droite et rêve de stabilité alors que le locataire rêve de manif.
    Mais n'oublions pas que LA PROPRIÉTÉ C EST LE VOL ^^

    RépondreSupprimer
  5. Mais si la France se rapproche de la moyenne, celle-ci augmentera et tout sera à recommencer! Arg!

    RépondreSupprimer
  6. "Non seulement le gouvernement est rarement capable de mettre en œuvre des politiques permettant d'atteindre les objectifs fixés..."

    Oh, Yannick ! Voilà que vous parlez comme Mises (et Turgot) maintenant !

    RépondreSupprimer
  7. Tout à fait d'accord! En revanche concernant la possibilité de constituer une épargne en étant locataire, nul ne peut nier le fait qu'elle existe effectivement, mais il me semble que les problèmes de procrastination et de myopie font de l'achat d'un bien immobilier un moyen plus fiable d'augmenter son taux d'épargne et de se constituer un capital.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.