mercredi 5 mai 2010

En beauté...

Certains se sont peut-être aperçus que j'avais publié un billet un peu incendiaire sur les travaux de Patrick Artus.

Un lecteur du blog m'a fait remarquer que je m'étais fait avoir par un poisson d'avril... J'ai donc immédiatement supprimé le billet.

Heureusement, je ne suis pas le seul à être tombé dans le panneau.

Edit : Pour me défendre contre les commentaires à côté de la plaque, je précise que mon post original était une critique virulente de cette étude où j'expliquais pourquoi elle était bidon et je me demandais comment un économiste sérieux pouvait faire une étude aussi pourrie.

14 commentaires:

  1. Ca se trouve, c'était PAS un poisson d'avril... ^^
    Big up à Natixis et Artus sur ce coup là, et merci à eux pour avoir fourni ce document très pédagogique en fin de compte.

    RépondreSupprimer
  2. donc vous rapportez le résultat de n'importe quelle étude, parce qu'une autorité en économie en parle, sans réfléchir ni rien du tout ?

    bravo !

    RépondreSupprimer
  3. @Anonyme :

    Plus précisément, je critiquais l'étude !

    RépondreSupprimer
  4. @VC :

    Effectivement, c'est une excellente idée d'exploiter ce doc à des fins pédagogiques.

    RépondreSupprimer
  5. Rien ne vaudra jamais http://scientistsofamerica.com/ , creuset de la pensée officielle de http://fafbook.com

    RépondreSupprimer
  6. Dans le même genre, j'ai failli me faire avoir par la nouvelle campagne de pub Orangina.
    Ou alors voir Fight Club et le placardage d'affiches géantes signées du ministère de l'environnement "Did you know ? Old motor oil can help fertilize your lawn".

    RépondreSupprimer
  7. Voilà ce que c'est de pas lire le Blogizmo

    RépondreSupprimer
  8. Si en plus, Gizmo, c'est chez vous qu'il a chopé l'info. C'est vot' faute, diffuseuse d'information mensongère !

    RépondreSupprimer
  9. Je commence par croire Ette Rodox..
    Nous avons dû être des centaines de non économistes à lire cette étude et à mon avis nous n'avons pas été nombreux à nous laisser prendre tellement la blague était évidente. Les pays les plus riches sont ceux ou on consomme plus de coca etc mais aussi ceux qui croissent moins vite que les pays émergents qui, moins riches, moins globalisés, consomment moins de produits américains. C'est tout ce que montrait Patrick Artus puis il brodait avec humour sur ce que serait la croissance française sans coca ou mc do. En voyant des personnes en troisième cycle se faire avoir si facilement ou des professeurs agrégés ne même pas arriver à identifier l'origine du problème je trouve cela édifiant. Plus fort que BHL et son Botule (mais heureusement pour vous vous n'avez pas sa notoriété).
    Et je ne veux pas jouer le chien de garde mais vilcoyote je vous trouve bien indulgent ce n'est pas à votre habitude et je n'imagine pas la giclée d'insultes que ce serait pris Ette Rodox s'il avait commis la même erreur grossière.
    David

    RépondreSupprimer
  10. @David :

    "En voyant des personnes en troisième cycle se faire avoir si facilement ou des professeurs agrégés ne même pas arriver à identifier l'origine du problème"

    Si vous lisez correctement ce que j'ai écrit, je n'ai pas CRU aux résultats, puisque le post que j'avais rédigé faisait passer le message qu'Artus avait fait une étude merdique. Là où je me suis planté, ce que je n'avais pas vu que c'était du second degré et qu'il avait fait exprès de faire une étude bidon.

    Aucun économiste ne prendrait les résultats de cette étude au sérieux.

    RépondreSupprimer
  11. @David : il n'est pas dans mes habitudes d'insulter les gens, même ceux que je n'apprécie pas.
    A part ça, comme vous le répond Yannick, vous vous trompez sur le sens de sa méprise. Si il avait dit "ouais c'est trop génial cette étude, quel résultat révolutionnaire, décidément vive l'économétrie qui arrive à mettre en lumière des phénomènes aussi incroyablement complexes", je me serais ouvertement foutu de sa gueule et aurais douté de sa compétence.
    Mais au contraire, son erreur serait plutôt à mettre à son crédit, dans la mesure où il a eu un regard (trop) spontanément critique et indigné sur le travail d'un économiste pourtant renommé et mainstream ("de sa chapelle", si on en crois les théologiens de l'économie).

    RépondreSupprimer
  12. Je ne vous reprochais pas d'avoir cru aux résultats de Patrick Artus et j'avais bien compris que vous vouliez critiquer son article. Mais de n'avoir pas vu que son article était une vaste blague, alors que c'était vraiment évident. En plus Patrick Artus n'est quand même pas le dernier des imbéciles..
    David

    RépondreSupprimer
  13. @David :

    Je vous félicite pour votre discernement. Et j'accepte volontier que l'on se moque de ma bévue puisqu'effectivement, j'ai cru à un truc relativement énorme.

    Mais de là à intégrer ça dans la bataille orthodoxes vs hétérodoxes, c'est un peu mesquin, vous ne trouvez pas ? :-)

    Enfin, je m'en voudrais de vous priver d'une occasion de taper sur un orthodoxe xD

    RépondreSupprimer
  14. @Anonyme 1, c'est pas parce qu'une étude est bidon qu'on ne peut pas le rappoter. C'est pas là le problème.

    je pense que dans les cours de la croissance, arrivé au chapitre sur la convergence, les prof ne manquent de faire appel à l'"erreur de Baumol". Bidon, peut-être pour certains aujourd'hui, mais très instructif et "révolutionnaire" même dans la mesure où elle a permis de creuser davantage.

    Par ailleurs, YB, votre question sur comment un économiste aussi sérieux, et sans doute l'un des plus prolifiques évoluant en France, aurait accouché d'une étude pourrie; je me la pose également. Qu'est-ce qui peut expliquer ça? Avec ses assises théoriques et maîtrise empirique, comment peut-il aller dans de telle production? je ne parle plus, vous l'avez compris, du papier d'Artus, mais d'un cas général. Ca arrive parfois aux gens sérieux de la profession... Si vous pouvez m'éclairer.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.