dimanche 21 mars 2010

L'évolution de la pauvreté en Afrique : vous allez être surpris !

Que pensez-vous savoir sur l'évolution de la pauvreté en Afrique ?


Idée reçue : La pauvreté ne recule pas en Afrique, elle stagne voire continue à augmenter.

La réalité : Depuis 1995, la pauvreté chute en Afrique comme le montre le graphique suivant, qui représente la proportion de personnes qui vivent avec moins de 1$ par jour :


Le constat vaut également si on prend un seuil de 2$/jour au lieu de 1$. Si la pauvreté continue à chuter à cette allure, l'objectif du millénaire de diviser la pauvreté par 2 par rapport à son taux de 1990 sera atteint en 2017. Malheureusement, les auteurs ne disposent pas encore des données permettant d'estimer l'impact de la récession de 2008-2009.

Idée reçue : La croissance en Afrique ne profite qu'aux élites. Les chiffres de la croissance masquent une explosion des inégalités.

La réalité : Le coefficient de Gini est une mesure classique des inégalités. Lorsqu'il est égal à 1, une seule personne possède la totalité des richesses. Lorsqu'il est égal à 0, tout le monde possède la même part des richesses. Regardons son évolution :


On voit que la croissance qui a démarré dans les années 1990 s'est accompagnée d'une réduction et non d'un accroissement des inégalités.

Idée reçue : La chute de la pauvreté est due essentiellement à la hausse du prix des matières premières, ce qui traduit une dépendance malsaine.

La réalité : La tendance est identique dans les pays riches en matières premières et dans les pays pauvres en matières premières :









Idée reçue : L'Afrique porte encore le poids de son histoire : les pays qui ont connu l'esclavage subissent une pauvreté persistante.

La réalité : Bien que les pays ayant relativement échappé à l'esclavage sont en avance sur le plan économique, les pays ayant subi l'esclavage voient leur taux de pauvreté diminuer plus vite :









Conclusion des auteurs de l'étude :
"Notre principale conclusion est que la pauvreté chute en Afrique et ce, beaucoup plus rapidement que ce qu'on pourrait penser. La croissance de la période 1995-2006, loin d'avoir été captée uniquement par les élites, a répandu ses fruits de telle sorte que les inégalités dans toute l'Afrique ainsi qu'au sein de chaque pays a diminué. En particulier, la vitesse à laquelle la pauvreté diminue suggère qu'elle va atteindre à temps l'objectif du millénaire de réduction de moitié de la pauvreté par rapport à 1990 (ou au pire, avec quelques années de retard). [...] On trouve également que la chute de la pauvreté en Afrique est remarquablement générale : elle ne peut pas s'expliquer par les performances d'un seul pays ou groupe de pays qui bénéficierait d'un avantage géographique ou historique."
ref :
Xavier Sala-i-Martin; Maxim Pinkovskiy, 2010.
"African Poverty is Falling...Much Faster than You Think!,"
NBER Working Papers
15775, National Bureau of Economic Research, Inc.


8 commentaires:

  1. Concernant l'idée reçue selon laquelle la croissance en Afrique s'accompagnerait d'une augmentation des inégalités, mon prof de development econ John Gallup avait cosigné un papier à ce sujet:
    http://www.pdx.edu/sites/www.pdx.edu.econ/files/media_assets/jlgallup/grow_pov.pdf
    En gros, dans les pays pauvres, les revenus des plus pauvres croissent en moyenne au même rythme que toute l'économie.
    ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Dans l'ensemble, pour les gens intéressées par ce sujet, c'est pas vraiment vraiment nouveau...

    Quant à la réaction de John Gallup, un des mes prof a confirmé l'idée reçue: + de croissance avec plus d'inégalité...

    RépondreSupprimer
  3. Ils viennent d'où les chiffres du coefficient de Gini ? Parce que dans le CIA World Report (qu'on espère plutôt bien informé), les données sont inexistantes pour la plupart des pays : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Gini_Coefficient_World_CIA_Report_2009.png (et pas forcément supérieur à 0.60 pour les autres...).

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,

    La référence de l'étude est tout à la fin du billet.

    RépondreSupprimer
  5. Je n'y connait rien en économie, mais 1 dollar de 1970 ne vaut certainement pas 1 dollar de 2006. Ainsi, est-ce que cette courbe est vraiment représentative, car il faudrait prendre en compte la valeur réelle de ce dollar.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour,

    Les calculs sont faits en dollars constants (en prenant en compte l'inflation).

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour,
    Il y a des débats autour des travaux de Sala-i-Martin. Dans ces précédents travaux, ils mesuraient, en fait, l'inégalité entre pays pondérée par les populations de ces mêmes pays. Les conclusions prenant compte des inégalités à l'intérieur de chaque pays arrivait à des conclusions totalement inverses (voir les travaux de Branko Milanovic ou Bourguignon et Morrisson).

    RépondreSupprimer
  8. Yannick,

    Je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi sur la qualité de l'article... Je ne pense pas que Sala-i-Martin & Co aient "découvert" la réalité : ils appliquent leur nouvelle méthode aux même données que tout le monde et trouvent de nouveaux résultats... intéressants mais rien ne permet de décréter qu'ils détiennent la vérité!
    Un petit concentré de la biblio que j'ai pu trouvé à ce sujet : www.fondation-farm.org/spip.php?article690

    Gabriel,
    La plupart des points de ces belles courbes ne sont pas des données, ils ont été estimés en prenant un bon nombre d'hypothèses soumises à débats, donc réfutables (je n'ai pas dit "réfutées"). Cette présentation sous forme de courbe laisse penser que ce sont des données exactes... alors que ce n'est qu'une autre version de la "réalité"!

    Mathilde

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.