samedi 13 février 2010

Le bracelet électronique semble être très efficace en Argentine

C'est la conclusion à laquelle arrivent Rafael Di Tella et Ernesto Schargrodsky après avoir examiné le taux de récidive des condamnés en Argentine. En exploitant le fait que les juges disposent de très peu d'informations sur les personnes qui sont arrêtées et le fait que ces personnes se voient assigner un juge de façon aléatoire, ils estiment que par rapport à la prison, le bracelet électronique réduit le risque de récidive de 40% environ.

Je ne cache pas mon enthousiasme face au succès d'une alternative à la prison étant donné le caractère inhumain de la vie en détention même dans les pays développés.

ref :

Criminal Recidivism After Prison and Electronic Monitoring
Rafael Di Tella
Ernesto Schargrodsky
Working Paper 15602
http://www.nber.org/papers/w15602


3 commentaires:

  1. Est-ce que cela ne pourrait pas se lire "La prison augmente le risque de récidive de 40%" ?

    RépondreSupprimer
  2. Pas tout à fait. Ici, la seule comparaison qu'on puisse faire c'est entre le bracelet et la prison. Donc, le bracelet réduit la probabilité de récidive de 40% par rapport à la prison, ce qui équivaut à dire que la prison accroît la probabilité de récidive de 66% (attention, les pourcentages ne sont pas symétriques) par rapport au bracelet électronique.

    Néanmoins, on ne peut rien dire sur comment est affectée la probabilité de récidive d'un individu allant en prison par rapport à d'autres peines (amende, travaux d'intérêt généraux...).

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.