lundi 14 décembre 2009

Décès de Paul Samuelson

C'est avec tristesse que je viens d'apprendre le décès de Paul Samuelson, probablement l'économiste le plus influent de la seconde moitié du 20ème siècle.

Alexandre Delaigue fait une excellente synthèse de ses travaux.
Edit : voir aussi le billet de Laurent.

Parmi toutes ses contributions, Samuelson a surtout posé les bases de l'usage des mathématiques en économie. Il est un des pères de la méthode dite de "statique comparative", que beaucoup d'économistes utilisent sans même s'en rendre compte.

Grâce à lui, les économistes avaient enfin une façon unifiée de penser et d'analyser les phénomènes économiques, ce qui a permis toutes les formidables avancées de la sciences économique dans la seconde moitié du 20ème siècle.

Il a reçu le prix Nobel d'économie un an après la création de ce dernier, c'est-à-dire en 1970.


11 commentaires:

  1. On ne dira toutefois jamais assez tout le mal qu'il a fait à la théorie économique non seulement en recyclant le keynésiannisme mais également en la mathématisant à outrance et de manière fétichiste au point de lui faire perdre tout contact avec la réalité. Par exemple, dans la treizième édition de son plus fameux opus, Economics, il sera capable d'écrire en 1989 (!) :

    L'économie soviétique est une preuve que, contrairement à ce que beaucoup de sceptiques pensent, une économie socialiste peut fonctionner et même prospérer. C'est-à-dire qu'une société dans laquelle la majorité des décisions économiques sont adoptées de manière administrative, où les bénéfices ne sont pas le motif principal de la production, peut croître durant de longues périodes de temps.

    RépondreSupprimer
  2. Votre commentaire est extrêmement sévère et injuste. L'idée selon laquelle l'économie est déconnectée de la réalité parce qu'elle mathématisée est fausse comme je tente de le prouver à chaque billet.

    Personne ne connaissait la catastrophe qu'était l'économie soviétique avant l'effondrement de l'URSS. Son avis était loin d'être isolé.

    RépondreSupprimer
  3. La mathématisation de l'économie a entrainé bon nombre de dégats, et cela n'est pas prêt d'être finis. Pour ce qui est de l'URSS, on savait depuis les années 20, l'impossibilité du système ( prix, informations, ...).

    RépondreSupprimer
  4. Tous les travaux que je présente sur ce blog n'ont été possibles que grâce à la mathématisation de l'économie. C'est grâce à cette évolution qu'on est sortis de "l'économie baratin".

    Quant à l'URSS, il y a une quantité innombrable de témoignages qui montrent
    1) que beaucoup de gens croyaient au système de planification centralisée jusqu'au bout,
    2) que les débats étaient vifs pour savoir lequel des deux systèmes (économie de marché vs économie planifiée) était le meilleur.

    RépondreSupprimer
  5. Oh mais vous pouvez être partisan de la mathématisation, seulement s'est loin d'être le top et beaucoup ne se base plus que sur cela ...

    RépondreSupprimer
  6. J'adorerais continuer le débat "pour ou contre les mathématiques en sciences sociales", mais vous n'avancez aucun argument.

    RépondreSupprimer
  7. Un faible degré de mathématique n'est pas un mal, mais de nos jours la pensée dominante néo/post-keynesienne en économie ( bien qu'ils soient à des années lumières de Keynes) ne se base plus que sur celà. Il suffit de jetter un oeil aux cours que l'on refourgue pour s'en rendre compte du point où nous en sommes. L'excès de mathématisation est un mal, qui est occupé de tuer la science économique en voulant la rapprocher de domaine comme la physique ou la chimie. Ne serait il pas temps de se recentrer sur l'humain ? Différent courant économique ont d'ailleurs lançés une pétition il y a quelques années.

    RépondreSupprimer
  8. Encore une fois, vous n'avancez aucun argument. Vous dites simplement que "les maths, c'est mal" sans le démontrer.

    Je le répète : tous les travaux présentés sur ce blog sont tirés du courant orthodoxe de la science économique qui s'appuie sur une mathématisation importante.

    Trouvez-vous que les travaux que je présente sont déconnectés du monde réel et ne sont pas "centrés sur l'humain" comme vous dites ?

    La charge de la preuve est de votre côté.

    RépondreSupprimer
  9. Donc pour vous il est possible de mathématiser l'action humaine ?

    RépondreSupprimer
  10. "Mathématiser l'action humaine" est une expression qui ne veut rien dire.

    Il s'agit ici d'utiliser la langage mathématique pour décrire de façon plus ou moins simplifiée le comportement des individus.

    Fondamentalement, que l'on utilise le langage mathématique ou la langage littéraire pour décrire les comportements revient au même. L'avantage des mathématiques est de permettre de faire le lien précis entre les hypothèses utilisées et les conclusions auxquelles elles permettent d'aboutir.

    La question que vous posez implicitement est : peut-on représenter la richesse des comportements des individus aussi bien en langage littéraire qu'en langage mathématique ? Lorsqu'il s'agit de faire le lien entre une motivation supposée et l'action qui en résulte, je pense que la réponse est oui.

    Néanmoins, il s'agit, à mon sens, d'un faux débat. Ce qui compte, c'est de savoir si on peut aboutir à des conclusions plus intéressantes en utilisant les mathématiques. Je pense que la réponse est oui. Un grand nombre de résultats importants en économie n'auraient pas pu être obtenus sans les mathématiques. De plus, un grand nombre de questions n'auraient jamais pu être soulevées non plus.

    Prenez le "equity premium puzzle". Derrière ce terme se cache la problématique suivante : pourquoi la prime de risque sur le marché des actions est-elle aussi élevée ? On a découvert en 1985 que cette prime de risque est tellement élevée qu'elle supposerait une aversion au risque invraisemblable de la part des agents.

    Sans mathématiques, point de théorie de l'espérance d'utilité et de l'aversion au risque. Sans cette théorie, on n'aurait jamais pu se rendre compte qu'il y avait un mystère derrière la prime de risque du marché des actions. Sans mathématiques, point de critique d'Allais et le programme de recherche sur la décision dans le risque n'aurait jamais existé. Tout un débat est né grâce à une théorie mathématique fausse du comportement dans le risque : l'espérance d'utilité ! Heureusement que cette théorie fausse a existe sinon on n'aurait jamais pu découvrir tout ça.

    RépondreSupprimer
  11. Sur l'appréciation erronée de Samuelson sur l'économie soviétique, voici deux textes intéressants :
    http://econlog.econlib.org/archives/2009/12/why_were_americ.html
    http://www.marginalrevolution.com/marginalrevolution/2010/01/soviet-growth-american-textbooks.html

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.