jeudi 10 septembre 2009

Faire moins d'enfants mais les faire mieux

Une branche particulière de l'économie de la famille s'appelle "l'économie de la fecondité" (economics of fertility). Elle vise à étudier les déterminants de la décision de faire des enfants. Est-ce que les facteurs économiques ont une influence sur le nombre d'enfants qu'un couple décide de concevoir ?

Le modèle le plus célèbre dans ce domaine est le modèle "Q-Q" (quantité/qualité) élaboré par Becker et Lewis en 1973. D'après ce modèle, il existe un arbitrage entre nombre d'enfants et "qualité" de chaque enfant. La qualité s'entend ici par le niveau de capital humain. Par exemple, les parents des pays riches tendent de plus en plus à préférer faire moins d'enfants mais à faire en sorte que ceux-ci atteignent un meilleur niveau d'éducation.

Il est assez difficile de vérifier ce modèle dans la pratique. Pour ceux qui aiment les statistiques, la principale méthode consiste à mesurer l'impact de la naissance de jumeaux sur le niveau d'éducation des différents enfants de la famille. Pourquoi de jumeaux ? Car l'arrivée de jumeaux est imprévisible et amène un enfant supplémentaire dans la famille sans que cette naissance ne soit déterminée par le revenu des parents.

D'après une étude récente assez sophistiquée, il semblerait que cet arbitrage existe bel et bien : avoir plus d'enfants réduit le niveau scolaire moyen des enfants dans la famille.

Néanmoins, l'étude ne s'arrête pas là et en profite pour s'interroger sur les effets de la politique de l'enfant unique en Chine. Logiquement, si le fait d'avoir moins d'enfants permet de mieux les éduquer, la politique de l'enfant unique devrait permettre d'accroître le niveau de qualification moyen des travailleurs en Chine.

Conclusion, cette politique a accru le niveau de scolarisation d'au plus 4%, la probabilité pour un enfant donné d'aller à l'université d'au plus 9%, et les notes moyennes d'environ 1%. Un impact que les auteurs jugent "modeste", notamment parce qu'il s'agit des estimations les plus optimistes qu'on puisse tirer des données.

ref :

Do Population Control Policies Induce More Human Capital Investment? Twins, Birth Weight and China's "One-Child" Policy.
Rosenzweig Mark R. ; Zhang, Junsen
Source : The Review of Economic Studies, Volume 76, Number 3, July 2009, pp. 1149-1174(26)


2 commentaires:

  1. ça me fait penser aux prédictions de long-terme de modèle Solow-Swan dans le cas des PED.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.