mercredi 19 août 2009

Qu'avons-nous appris en macroéconomie depuis 25 ans ? (3/6)

Fait n°3 : Variations dans les taux de croissance des économies modernes

La dispersion des taux de croissance du PIB par habitant est croissante avec "l'éloignement de la frontière de production".

Traduction : En terme de PIB/habitant, les pays pauvres ont des taux de croissance très dispersés. En moyenne, les pays riches ont un taux de croissance assez stable. Chez les pauvres, on assiste à la fois à des rattrapages très rapides et à "d'énormes opportunités de croissance gaspillées".

Au coeur de cela, on retrouve la notion de convergence des économies et on observe que les rattrapages se font désormais beaucoup plus rapidement qu'auparavant. Par exemple, le Japon a connu un taux de croissance annuelle de 6,5% entre les années 1950 et 1980 et la Chine ces dernières décennies a atteint 8,2% en moyenne annuelle. Par comparaison, la croissance la plus rapide observée entre 1870 et 1913 fut de moins de 2,5% par an en Argentine.

Ceci dit, "le rattrapage est loin d'être la norme". L'Ethiopie par exemple "était 34 fois plus pauvre que les Etats-Unis en 1950. En 2003, ce ratio a atteint 50. Au Nicaragua, la situation est encore pire, car le PIB par habitant a diminué au cours du dernier demi-siècle."


1 commentaire:

  1. C'est très intéressant, je ne trouve rien à ajouter...

    Je veux me servir des dernières comparaisons dans une Tribune récente que je veux écrire...

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.