mercredi 5 août 2009

Les "vieux" sont-ils productifs ?

Dygalo et Abowd fournissent une estimation de l'évolution dynamique de la productivité des individus. Sans reprendre l'article en détails, je donne juste la conclusion intéressante :

"We find that productivity increases during early career years, and declines in non-service occupations during spells starting at older ages. In services occupations for males, productivity does not decline at older ages, but continues to increase at a lower rate than at younger ages."
"Nous trouvons que la productivité augmente durant les premières années de carrière puis diminue lors des périodes d'emploi hors secteur tertiaire qui démarrent à des âges avancés. Dans le domaine des services, pour les hommes, la productivité ne diminue pas avec l'âge, mais s'accroît de moins en moins vite."
La question qui me taraude est la suivante : si les seniors sont toujours productifs (dans les services mettons), pourquoi galèrent-ils autant pour trouver un emploi ? Et pourquoi ma femme adorée, lorsqu'elle a travaillé dans un cabinet de recrutement a-t-elle dû refuser l'excellente candidature d'un homme ayant la cinquantaine au motif que "le client ne veut pas de commerciaux de cet âge-là" ?

S'il existe une discrimination à l'encontre des personnes âgées, cela veut dire que les entreprises se privent d'une main d'oeuvre productive. Donc, un nouveau concurrent peut en profiter en embauchant pas cher cette main d'oeuvre laissée de côté pour de mauvaises raisons. Pourquoi ce phénomène ne se produit-il pas ?

Si vous avez des réponses à cette énigme (ou des références de livres/articles), laissez-les en commentaires !

Merci par avance.

Ref :

Productivity during Employment Spells and over the Lifecycle:
Evidence from Employer-Employee Data on Earnings
Natalya N. Dygalo and John M. Abowd


5 commentaires:

  1. Le problème des personnes agés est à peu près le même que celui des personnes handicapées.
    Contrairement à ce qu'on peut penser, beaucoup d'entre elles ne sont pas inaptes au travail mais leur taux d'emploi et de chômage sont très élevés.

    J'ai plusieurs articles qui en parlent dont celui-ci http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=1024315, le plus court et ceux-là,
    http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=876648 http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=393340 .

    RépondreSupprimer
  2. Selon moi les entreprises ont une vision archaïque du monde du travail en ce qui concerne l'embauche des "vieux". Elles se disent qu'un vieux partira à la retraite plus vite qu'un jeune et que le temps investi pour le former sera perdu. Il semblerait que l'enjeu soit plus au niveau de la durabilité que de la productivité.
    Mais là où le bât blesse - toujours selon moi qui ne suis ni RH, ni rien du tout - c'est que le vieux est plus fidèle que le jeune. Quand le jeune en a marre et a pris tout ce qu'il y avait à prendre, il va voir ailleurs! C'est ce qu'on lui dit de faire pour se construire une carrière.
    Donc les entreprises se plantent doublement en refusant d'embaucher des vieux.

    Une autre idée est peut-être de penser qu'un vieux en fin de carrière coute plus cher qu'un jeune. Mais ce n'est pas forcément vrai et puis si le vieux est plus productif, il justifie son salaire.

    Qu'en pensez-vous? Ai-je une imagination digne d'un téléfilm de France 3?

    RépondreSupprimer
  3. Je me pose la même question avec la discrimination 'raciale' . Je ne comprends pas pourquoi une organisation (supposée dans ce cas) rationnelle ne privilégie-t-elle pas les candidats issu de l'immigration.
    Je me suis toujours dit que c'était un argument hyper rationnel pour les boites d'intérim et les départements RH.
    Peut-être un vieux réflexe de gros beauf qui "n'est pas raciste lui même mais ne veux pas faire courir le risque à la boite que d'autres le soit". La terre est peuplée de gros malins qui préféreraient entendre qu'une crue dans un pays curieux a fait des dizaines de morts plutôt que d'apprendre qu'un enfant de SON village s'est fait renverser.

    RépondreSupprimer
  4. N'est ce pas le même problème pour les jeunes (hauts) diplômés à la couleur de peaux plus foncée que la moyenne?

    RépondreSupprimer
  5. Deux faits:
    1. On peut conscient de leur producvité marginale augmentant mais moins rapidement qu'au début de leur carrière.
    2. C'est du côté de l'économie expérimentale que l'on doit aller chercher. C'est un peu de l'illusion optique
    3. etc.

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.