samedi 1 août 2009

Le chômeur alcoolique du type "téléfilm de France 3"

J'adorais utiliser l'expression "style téléfilm de France 3" lorsque je corrigeais des copies de sciences économiques et sociales en terminale. Pour moi, cette image renvoie à diverses caricatures, dont une est celle du "mec qui perd son emploi, donc il se met à boire, donc il se met à battre sa femme, donc il divorce, donc il devient dépressif, donc il finit SDF,...", enchaînement dramatique qui fait souvent l'objet des scénarios d'une certaine catégorie de téléfilms français. On retrouve souvent sous des formes plus ou moins maladroite cette vision du monde dans les copies de terminale. Je prenais alors plaisir à écrire une petite vanne gentille dans la marge.

Plus sérieusement, cinq chercheurs ont essayé de savoir si la perte d'emploi avait des conséquences importantes sur la consommation d'alcool et sur l'indice de masse corporelle (IMC, que les amateurs de Wii Fit connaissent bien). En utilisant des méthodes assez sophistiquées pour distinguer corrélation et causalité, ils montrent que la réalité est plus complexe.

Leur analyse montre qu'il existe à chaque fois deux groupes que nous nommerons groupe 1 et groupe 2. Le groupe 1 représente la grande majorité des individus (81% dans l'étude sur l'IMC et 94% dans l'étude sur la consommation d'alcool). La perte d'emploi n'a pas d'effet mesurable sur les comportements des individus du groupe 1 tels qu'ils sont mesurés par l'IMC et la consommation d'alcool. En revanche, les individus du groupe 2 adoptent des comportements beaucoup plus néfastes pour leur santé. En particulier, ceux-ci gagnent en moyenne plus d'une unité d'IMC (pour un individu de 1,75m, cela représente un gain de 3 kilos) et leur consommation d'alcool double presque !

Maintenant, la question intéressante est : comment sont les individus du groupe 2 par rapport aux individus du groupe 1 ? La trouvaille importante est que ce sont des individus qui avaient déjà des comportements peu prudents vis-à-vis de leur santé avant de perdre leur emploi, "so that these further increases in unhealthy behaviors may be especially problematic." ("ce qui rend cette aggravation des comportements néfastes particulièrement problématique.").

En résumé, il semblerait que les individus attentifs à leur santé ont peu de chance de devenir alcooliques et obèses lorsqu'ils perdent leur emploi. En revanche, les individus "à risques" peuvent facilement adopter des comportements néfastes à leur santé. Le mythe du chômeur de France 3 n'est donc pas totalement faux (pour ses composantes bouffe et alcool), mais il concerne un nombre restreint de personnes et semble malheureusement s'attaquer à des gens déjà vulnérables.

Ref :

Job Loss : Eat, Drink and Try to Be Merry ?
Partha Deb
William T. Gallo
Padmaja Ayyagari
Jason M. Fletcher
Jody L. Sindelar
Working Paper 15122
http://www.nber.org/papers/w15122


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.