dimanche 12 juillet 2009

La télévision, c'est maaaaal

Ca y'est !! J'ai enfin trouvé une étude ayant un minimum de rigueur sur l'impact de la télévision sur les enfants !

Quand on s'intéresse à ce sujet, on trouve énormément d'études. Mais une grosse partie de ces études sont mauvaises. Pourquoi ? Si on compare par exemple les résultats scolaires des enfants qui regardent beaucoup la télévision avec ceux des enfants qui regardent peu la télévision, on trouve une corrélation. Mais cette corrélation ne prouve pas l'existence d'un impact causal de la télévision sur les résultats scolaires. L'hypothèse alternative est qu'il existe un ensemble de facteurs (niveau culturel des parents, ambiance familiale, degré d'implication dans l'éducation de l'enfant, etc...) qui influencent à la fois la propension de l'enfant à regarder la télé et les résultats scolaires.

Pourtant, un grand nombre d'études qui ne prennent pas en compte ce biais continuent à être publiées. On voit également se développer des expériences de laboratoire peu convaincantes qui tendent à extrapoler de manière exagérée leurs résultats (j'ai lu récemment un billet sur un blog à ce sujet, mais impossible de le retrouver !!).

Bref, comment faire alors pour obtenir un résultat empirique rigoureux sur l'impact de la télévision sur les résultats scolaires ? Il faut trouver ce que les économistes appellent une source de variation exogène dans la consommation de télévision. C'est-à-dire qu'il faut trouver une variable X qui influence le temps passé devant la télévision mais qui n'influence pas les résultats scolaires. De ce fait, toute corrélation entre X et les résultats scolaires ne peut provenir que de l'impact de X sur la consommation de télévision, puis de l'impact de la télévision sur les résultats scolaires.

Matthew Gentzkow et Jesse Shapiro ont eu l'idée d'utiliser comme variable X les différences de dates dans l'arrivée de la télévision dans les différentes villes aux Etats-Unis. La télévision s'est diffusée assez rapidement (mais inégalement) dans ce pays de 1941 à 1955 et a eu un impact non-négligeable sur le mode de vie des enfants.

Après moults estimations et tests de robustesse, ils arrivent à la conclusion que la télévision a eu au mieux un impact légèrement positif sur les résultats scolaires des jeunes enfants et au pire, aucun impact.

Attention, les résultats de cette étude ne sont valables que pour les jeunes enfants, et ne prennent pas en compte la façon dont ont évolué le contenu des émissions de télé depuis les années 1950. De plus, on se limite ici à l'impact sur les résultats scolaires (on peut imaginer qu'il puisse exister d'autres impacts).

Encore une fois, on peut difficilement conclure à partir d'une seule étude, mais ceci montre quand même que l'idée selon laquelle "la télévision ramolit le cerveau des enfants" n'est pas évidente du tout et qu'en tout cas, il est autement improbable que "Si les jeunes de nos jours ne font plus rien à l'école, c'est à cause de cette saloperie de télévision. J'te les enverrai tous à l'armée moi, ça leur apprendrait ce que c'est que la discipline."

Rajout de dernière minute : ce post sur le blog Terra Nova fait un peu de sociologie des sciences sur ce sujet sensible.

ref :

Preschool Television Viewing and Adolescent Test Scores: Historical Evidence from the Coleman Study
Gentzkow, Matthew; Shapiro, Jesse M.
Quarterly Journal of Economics, February 2008, v. 123, iss. 1, pp. 279-323


1 commentaire:

  1. Je sais pas pourquoi, mais je suis très réticent. On garde encore nos : "la télévision ramolit le cerveau des enfants" n'est pas évidente du tout et qu'en tout cas, il est autement improbable que "Si les jeunes de nos jours ne font plus rien à l'école, c'est à cause de cette saloperie de télévision. J'te les enverrai tous à l'armée moi, ça leur apprendrait ce que c'est que la discipline."

    On verra la suite des autres publications...

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.