mardi 2 juin 2009

Les conséquences de l'instauration du divorce unilatéral

Le droit du divorce aux Etats-Unis a été profondément modifié dans les années 1970, avec l'introduction progressive du "divorce unilatéral sans faute". Le débat public semble, à l'époque, s'être centré sur les conséquences en terme de taux de divorce (pour en savoir plus à ce sujet, voir ce papier).

Stevenson et Wolfer ont, de leur côté, analysé les conséquences en terme de bien-être, mesurées par 3 indicateurs :
  1. Le suicide des femmes.
  2. La violence domestique.
  3. Le nombre de femmes assassinées par leur conjoint.

Ils exploitent les différences de date entre les Etats dans la mise en oeuvre de cette législation pour effectuer leurs estimations. Ils aboutissent à la conclusion que le divorce unilatéral a réduit de 8 à 16% le taux de suicide des femmes, a réduit de 30% la violence domestique et a réduit de 10% le risque pour une femme de se faire assassiner par son partenaire.

Leur commentaire est le suivant :

"Unilateral divorce both potentially increases the likelihood that a domestic violence relationship ends and acts to transfer bargaining power toward the abused, thereby potentially stopping the abuse in extant relationships."

Je tente une traduction approximative (n'hésitez pas à me corriger) :

"Le divorce unilatéral augmente potentiellement à la fois la probabilité que se termine une union où la violence sévit, et le pouvoir de négociation de la victime au sein d'un couple, augmentant ainsi les chances que la violence cesse."


ref :

Did Unilateral Divorce Raise Divorce Rates?A Reconciliation and New Results
Justin Wolfer
Published, American Economic Review, 96(5), December 2006, 1802-1820.

Bargaining in the Shadow of the Law: Divorce Laws and Family Distress
Betsey Stevenson & Justin Wolfers
Quarterly Journal of Economics, 121(1) February 2006


4 commentaires:

  1. Vous ne vous prononcez pas...

    RépondreSupprimer
  2. Je présente simplement les faits :-)

    RépondreSupprimer
  3. Le divorce unilatéral permet potentiellement d'augmenter la probabilité de fin des relations où la violence domestique sévit ainsi que le transfert du pouvoir de négociation à la victime, permettant ainsi l'arrêt éventuel des violences dans les relations existantes...

    Je crois qu'il ya nécessité d'insister sur la notion de transfert du pouvoir de négociation...
    Et il serait intéressant d'avoir l'avis de psychologues à ce sujet... ;o)

    RépondreSupprimer
  4. Je viens de lire un article dans le Eastern Economic Journal qui disait que les économistes font de l'empirisme "aveugle" en regardant des masses de données et sans jamais aller sur le terrain.

    Je suis assez d'accord sur l'idée qu'il faudrait confirmer cette théorie pas seulement en utilisant les prédictions de notre théorie (très abstraite) du marchandage, mais en allant demander leur avis aux intéressés : les couples, les psychologues, les juges qui s'occupent des affaires de violence conjugale, etc...

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.